Vous utilisez régulièrement votre imprimante et en avez marre de devoir racheter sans cesse des consommables ? Aujourd’hui, on va voir qu’il est tout à fait possible de fabriquer son encre à imprimante. Ce processus de fabrication d’encre maison peut être vraiment rentable et écologique si vous le faites correctement. Si toutes les encres ont un même objectif, elles ne présentent pas toutes les mêmes caractéristiques, parfois au détriment de la qualité. Nous allons voir comment fabriquer son encre pour imprimante et quels sont les principaux éléments qui la composent.

Historique de l’encre à imprimante

On n’y pense pas assez, mais l’encre a joué un rôle crucial pour la civilisation pendant des siècles. Aujourd’hui encore, que ce soit sur papier pour l’écriture ou le dessin, ou destinées à l’impression, les différentes encres sont essentielles pour l’être humain. Avant de vous révéler comment fabriquer son encre pour imprimante, regardons un petit peu l’évolution au fil des siècles.

Les premières encres connues étaient fabriquées à l’aide de composants naturels, à savoir :

  • Le jus de certains fruits et légumes ;
  • Le sang de certaines familles de crustacés ;
  • Les sécrétions de céphalopodes tels que les poulpes, seiches (d’où la fameuse « encre de seiche »), les calmars ou d’autres espèces ;
  • Le tannin d’écorce d’arbre et de noix.

Concernant l’écriture, ce sont les Égyptiens qui inventèrent la première encre artificielle il y a environ près 4 500 ans. Avec pour principe des suspensions de carbone dans l’eau stabilisées à l’aide de gommes naturelles ou d’albumine d’œuf.

Quant à l’encre de Chine, on ne sait pas précisément à quelle période elle fut créée. En revanche, selon certains, ce type d’encre a été inventé en Inde avant d’être repris par les Chinois.

Ce que l’on sait, c’est que les Chinois inventèrent l’encre d’imprimerie vers 500 av JC. Elle était essentiellement composée de terre colorée, de suie et de matière végétale pour former le pigment (couleur de l’encre). Le liant était fabriqué avec de la colle et des gommes.

De nos jours, les encres d’imprimante sont labellisées.

Fabriquer-son-encre

La composition de l’encre d’imprimante

La fabrication de la majorité des encres d’imprimantes s’appuie sur une base appelée vernis. Composée d’huile de soja ou de lin, ou d’un distillat de pétrole lourd faisant office de solvant. Afin de répondre au concept de séchage par évaporation, on l’associe ensuite avec des pigments.

  • Pour l’encre noire, cette base est associée à du noir de carbone ;
  • Pour l’encre couleur, on utilise des pigments composés de sel et d’azote à cuisson multiple. On sollicite également de nombreux colorants (lac jaune, diarylide orange, paon bleu ou vert de phtalocyanine).

Moins répandus, on utilise aussi des pigments inorganiques (vert de chrome, bleu de Prusse, jaune de cadmium et molybdate orange).

On utilise un mélange de pigments blancs et de vernis afin de modifier les caractéristiques d’encres colorées spécifiques.

Fabriquer son encre pour imprimante

Processus de fabrication d’encre noire

Regardons en détail comment fabriquer son encre pour imprimante. Concentrons-nous sur le noir, le plus utilisé et économique.

  • Munissez-vous d’un récipient spécialement dédié, pouvant fermer hermétiquement ;
  • Mixez environ 225 g de miel avec un jaune d’œuf. Mélangez ensuite avec à peu près 7 g de gomme arabique. Positionnez votre assiette contenant le mélange sur une bougie allumée. Grâce à la chaleur, une substance grasse noire va se former dans l’assiette ;
  • Utilisez ensuite le mélange à base de miel pour récupérer la substance noire. Mélangez le tout afin d’obtenir un résultat le plus fluide possible ;
  • Rajoutez de l’eau jusqu’à obtention d’un mélange lisse, sans aucun corps solide. Vous pouvez pour cela utiliser un appareil.

Comment fabriquer son encre : les additifs

De nombreux additifs existent afin de modifier les propriétés physiques selon le résultat souhaité. Ils sont ajoutés aux résines et solvants avant l’introduction des pigments : 

  • Cires : Pour améliorer la résistance aux frottements ;
  • Lubrifiants ou agents de séchage: Permet à l’encre de se lier aux surfaces et de sécher efficacement ;
  • Antioxydants : Permet de retarder le début de l’oxydation ;
  • Alcali : Pour maîtriser la fluidité de l’encre, sa viscosité et son absence de corps solide.

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *