Le point sur l’encre végétale

.

.

Avez-vous déjà vu de vieux parchemins datant du Moyen-âge ? Si tel est le cas, vous avez surement remarqué les belles enluminures qui bordent les pages ou qui ornent certaines lettres. Mais vous êtes-vous déjà demandé de quoi était constituées les peintures et encres utilisées ?

.
Hé bien à cette époque, la majeure partie des couleurs utilisées été constituées de pigments, comme ceux dont on a déjà parlé dans plusieurs articles (Les pigments : comment ça marche, Un pigment n’est pas une couleur), ou de colorants.

.

Comment sont-ils obtenus ?
Ils sont extraits de végétaux, de minéraux ou même d’animaux. Aujourd’hui, nous nous intéressons aux colorants végétaux.

.
.

Encre végétale – Fabrication des colorants végétaux

.
Le règne végétal est celui qui procure le plus de couleurs mais qui ont la particularité d’être très éphémères.
.
La plupart des couleurs extraites des végétaux sont des colorants (à ne pas confondre avec les pigments). Ils sont obtenus grâce à la macération (ou décoction), puis à la cuisson de ces plantes. Le bain coloré obtenu est alors filtré, puis on y ajoute un mordant, c’est-à-dire un produit destiné à faciliter la teinture.
On pense que le mordant le plus utilisé à l’époque était la poudre d’alun (la même que celle utilisée pour fabriquer de l’encre violette), mais il est également possible d’utiliser de la lessive de cendre de châtaignier, de la crème de tartre, et même de l’urine !
..

La couleur qui est ainsi obtenue était à l’époque conservée sur des morceaux de tissus. Étrange ? Pas tant que ça. Le principe est en fait très simple : on plonge le tissu dans la couleur, on attend que le tissu s’imprègne totalement, puis on le laisse sécher. Ces bouts de tissus sont appelés « piécettes ». Pour récupérer la couleur, il suffit de déposer une piécette dans un récipient avec un peu d’eau, et d’attendre qu’il rende toute la couleur.

Pour rendre l’encre plus épaisse, et donc lui donner du corps, divers produits peuvent être ajoutés comme de l’os de seiche pilé, de la craie ou si vous avez les moyens, de la poudre de marbre. Cette préparation, une fois décantée, séparée de l’eau et séchée, devient une « laque ». La couleur est en effet fixée à la poudre et bien que sa teinte soit plus claire, sa conservation est facilitée.
.
.

.

Encre végétale – Quelques exemples

.

Ancolie ou Iris – encre végétale bleue:

Avec ces fleurs qui sont à la base bleues ou violettes, on obtient un vert qui était surtout utilisé en enluminure. Le colorant de ces fleurs à l’avantage d’être simple et rapide à extraire.

.

Bois de Brésil – encre végétale rose

Ce bois rouge était à l’époque importé d’Orient. Il produit un pigment rose, rose violacé ou rouge.
.

Carthame – encre végétale jaune

Cette plante est une sorte de chardon qui se trouve dans le bassin méditerranéen mais également en Asie. Le colorant jaune obtenu à partir de la fleur de cette plante, est connu depuis l’Égypte ancienne déjà, et était également utilisé en Extrême Orient.
.

Gomme-gutte – encre végétale jaune

Cette gomme de couleur jaune est produite par un arbre appelé le Garcinia Hanburyi, qui pousse en Asie. Pour l’utiliser comme pigment, il suffit de la broyer et de la diluer.
.

Indigo – encre végétale bleu

Ce bleu, connu depuis le néolithique déjà, provient des feuilles d’un buisson appelé l’Indigofera. Il en existe plusieurs variétés dont certaines poussent en Inde, en Égypte mais également au Moyen-Orient.
.

Noir de fumée – encre végétale noir

Ce noir de carbone est obtenu à partir de la suie produite lors de la combustion de bois résineux. Son utilisation est très courante partout dans le monde.
.

Guède – encre végétale bleu pastel

Cette plante, connue depuis le néolithique, est celle dont on extrait le fameux bleu pastel. Elle a fait l’objet de cultures intensives durant le Moyen-âge en France mais elle est également répandue dans toute l’Europe, au Moyen-Orient et en Asie du sud.
.

Sureau – encre végétale violette

Les baies du sureau produisent un colorant bleu ou violet selon les recettes qu’on emploie pour l’extraire. Le sureau se ramasse dans toute l’Europe.
.

.

.
Tous ces ingrédients étant facilement trouvables, pourquoi ne pas tenter de réaliser votre propre colorant pour votre encre ? Sinon, attendez notre prochain article sur les pigments minéraux.

.

Marion,
Au cœur de vos impressions !
.

Encre et imprimante, votre blog spécialisé des cartouches !

.

.
.

Vidéo à voir : Lexmark 18S0090 pour imprimante X215


14 commentaires

avatar

Geoffroy · 27 avril 2010 à 10 h 49 min

Le milieu de l’imprimerie a longtemps souffert d’une image de pollueur et l’on considérait les imprimeurs de manière très négative. Le problème dans tout ça, c’est la polémique déjà très médiatisée autour des plantations de palmiers, car l’huile de palme intervient dans la fabrication de ces encres végétales. pouvez vous m’en dire plus à ce sujet Marion ?

Cordialement, Geoffroy

avatar

ismail maroc · 7 juin 2011 à 3 h 37 min

dans combien d’eau bouillir la plante, et jusqu’a quelle saturation, on ajoute pas l »alchool apres ?
j’aimerai bien essayer ca au moin une fois

avatar

Jacque · 22 juin 2012 à 18 h 42 min

Beau design !

avatar

Humbert · 1 juillet 2012 à 15 h 13 min

Vous dites que ces plantes étaient facilement trouvables !

Sachez qu’au moyen âge, ils coûtaient des fortunes car provenant de pays lointains. Ils étaient très rares et très chers.

cordialement

avatar

Phil · 24 juillet 2012 à 18 h 10 min

je connaissais pas ce blog C’est pas mal !

avatar

Jordie · 3 mai 2013 à 5 h 05 min

Je n’ai pas d’imprimantes à cause justement des prix des cartouches.

avatar

julie · 17 août 2017 à 23 h 18 min

la majeure partie des couleurs utilisées été constituées ?!
la majeure partie des couleurs utilisées ÉTAIENT constituées

bois au brésil » Les couleurs végétales, c'est bio et facile à faire! · 24 mars 2010 à 10 h 16 min

[…] Original post by Marion […]

Notre Terre en peinture, grâce aux pigments. · 25 mars 2010 à 9 h 19 min

[…] avoir vu hier la fabrication des colorants végétaux, nous allons aujourd’hui nous intéresser aux pigments d’origine […]

Les tweets qui mentionnent Les couleurs végétales, c’est bio et facile à faire! -- Topsy.com · 25 mars 2010 à 11 h 13 min

[…] Ce billet était mentionné sur Twitter par Encre et Imprimante. Encre et Imprimante a dit: Les couleurs végétales, c'est bio et facile à faire! https://is.gd/aVR9Q […]

Pigments, libérez l’animal qui est en vous! · 26 mars 2010 à 9 h 17 min

[…] arrivé à la fin de notre dossier sur les pigments et colorants naturels. Après avoir parlé des colorants végétaux, puis des pigments d’origine minérale, nous nous intéressons aujourd’hui aux pigments […]

Secrets de fabrication : Qu’y a-t-il dans les additifs ? · 18 juin 2010 à 9 h 12 min

[…] quand il s’agit d’une encre à pigments (ils restent à la surface du papier). Il est important qu’ils s’y fixent bien. Les additifs […]

Encre ou peinture? Les différences… · 25 juin 2012 à 9 h 07 min

[…] découvrir aussi le billet sur l’Encre végétale […]

Encre végétale | Eco-Malin | Ecomalin · 9 janvier 2013 à 2 h 18 min

[…] – Fabriquer votre encre végétale […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*