.

Histoire de la plume à encre

Ah la plume… Si loin de nos imprimantes et autres toners  HP, Toner Lexmark… que de souvenirs ressurgissent à la simple évocation de ce mot ! L’encrier, l’encre violette qui tâchait les doigts, les blouses d’écoliers… la plume fait incontestablement partie de notre histoire, qu’elle soit passée ou présente. Mais qu’est-ce qu’une plume ? Quelle est son histoire ?

.

.

C’est quoi une plume à encre ?

.

La plume est un morceau, de manière générale, de métal taillé en bec et fendu dans la longueur, ce qui lui permet de retenir une petite réserve d’encre par capillarité. Adapté à un porte-plume, il sert à écrire ou à dessiner. Autrefois, la plume d’oiseau était directement taillée afin d’écrire.

.

On distingue d’ailleurs différents types de plumes :

  • les plumes d’oie ou d’autres oiseaux
  • les plumes métalliques
  • les plumes en autres matières (verre, celluloïd,…)

.

.

Histoire de la plume pour encrier:

.

Si aujourd’hui la plume est surtout connue sous la forme du « stylo-plume » très prisé par les écoliers, son origine est pourtant très ancienne, bien que sous une forme très différente.

.

Autrefois, les plumes étaient en effet faites à partir de plumes d’oiseaux. La plus connue est la plume d’oie, cependant, les plumes de corbeau, de coq de bruyère et canard étaient également utilisées, mais pour une écriture plus fine. Les plumes de vautours et d’aigle étaient elles utilisées pour écrire avec des traits larges.

Cette forme de plume est très ancienne, elle est certainement apparue en même temps que les premières encres. Mais c’est surtout à partir du Ve siècle après J.-C. qu’elle s’imposera, et au Moyen-âge qu’elle dominera.

Son utilisation déclinera à partir du XVIIIe siècle et aujourd’hui, l’utilisation d’une « vraie » plume n’est quasiment réservée qu’aux passionnés.

.

La plume métallique apparaît dès l’Antiquité, cependant, du fait de sa mauvaise souplesse et de sa mauvaise conservation due à la corrosion, elle ne détrônera pas la plume d’oie jusqu’à ce que les aciers actuels permettent de créer des plumes résistantes. C’est donc à partir de 1835 seulement que la plume métallique détrônera la plume d’oie, grâce à la production d’aciers anglais et leur exportation.

.

Le stylo-plume, lui, apparaît vers la fin du XIXe siècle et concurrence directement la plume, du fait qu’il ait l’avantage de posséder sa propre réserve d’encre.

Et désormais, c’est le stylo à bille qui remplace tout autre instrument d’écriture, même si le stylo à plume est encore populaire !

.

.

Fabriquer sa propre plume à encre!

.

Vous vous sentez l’âme d’un artiste ? Vous voulez replonger au cœur du Moyen-âge ? Vous aimez simplement bricoler ? Voici le mode d’emploi pour réaliser une plume comme avant !

.

Vous aurez besoin :

  • d’une réserve de plumes d’oie (sinon de dindon ou de corbeau)
  • de ciseaux bien affutés
  • d’un cutter ou une lame de rasoir
  • d’un petit brasero
  • d’un cuiseur vapeur

.

.

Étapes de réalisation :

.

  1. Avant de procéder à la taille de la pointe pour l’écriture, il faut d’abord préparer la plume. Celle-ci est composée de trois parties : le tuyau, le réservoir et les barbes avec leurs barbules. La première étape consiste à humidifier vos plumes en les plaçant dans une étoffe humide plusieurs heures avant de les travailler.
  2. Allumer ensuite le petit brasero et passer l’extrémité de la plume au-dessus du brasero à environ 20 cm des braises. Cette étape a pour objectif de durcir le bout de la plume et de la débarrasser de son enveloppe graisseuse.
  3. Gratter l’extrémité des plumes avec le dos d’un couteau pour éliminer la membrane graisseuse.
  4. Mettre ensuite vos plumes d’oie à l’étuvée dans le cuiseur à vapeur pendant une heure. Les faire sécher, puis, le lendemain, gratter de nouveau l’extrémité et la lisser avec un chiffon de laine.
  5. Attendre un jour ou deux avant de procéder à la taille de la plume. La taille va se faire en trois étapes.
  6. Couper le bout de la plume à l’aide des ciseaux de manière à obtenir un bout circulaire, comme l’extrémité d’une paille pour boire.
  7. Fendre le milieu du bout de la plume d’environ 1 cm à l’aide du cutter, puis coupez un côté du bout fendu de façon à ne conserver qu’une moitié. Tailler ensuite la partie restante en pointe pour obtenir approximativement la forme d’une pointe stylo. Fendre cette pointe dans son milieu sur 1 cm.
  8. Tremper la pointe de la plume dans l’encre et tester votre écriture !

 

Ça a quand même plus de charme qu’une cartouche d’encre Hp non ?

.

Découvrez aussi le billet La capitale de l’encre est Française et Histoire de l’encre et la calligraphie !


Alors, tous à vos plumes !

.

.

Marion,

Au cœur de vos impressions !

.

Encre et Imprimante !
.
.

.

:p

.

Vidéo à voir : Brother TN3060

Catégories : Art et Histoire

3 commentaires

avatar

Marc26 · 29 mai 2012 à 20 h 42 min

Toujours aussi intéressant ce blog.

La petite histoire de la calligraphie : tome 2 :) · 18 mai 2012 à 9 h 03 min

[…] Plume encre: La plume dans tous ses états… […]

La capitale de l’encre est française · 18 mai 2012 à 16 h 17 min

[…] voir aussi le billet Plume encre : la plume dans tous ces états et Histoire de l’encre et la calligraphie […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*